la suerte suprema

la suerte suprema
Pepe Bienvenida / La suerte suprema

miércoles, 27 de junio de 2012

Paris:- Carta a Don Fernando Claramunt / Por Roger T.

¿Toros o fútbol...?

Nos cuenta Don Fernando que Roger T. es de un amigo francés de París,muy respetuoso con nuestra Fiesta y con España. Hace muchos años vieron algunas corridas juntos en Colmenar Viejo. Un aficionado cercano gritó "¡Madre de Dios!" y Roger repitió ¡Mére de Dieu! Le gustó mucho la corrida y el público. 

Pues bien, en relación con el artículo de Don Fernando aquí publicado con el título CARTA AL "PAPA NEGRO", el buen aficionado de la Francia amiga le escribe una carta que reproducimos a continuación:


Mon cher Fernando
 
                      Bravo pour les réflexions adressés al Papa Negro. Il était temps qu'un homme de grande culture, jointe a une longue experience de la vie, rétablisse la hierarchie des valeurs, au moins du point de vue de l'histoire.   La toromachie c'est un des fondements de l'ame espagnole et de l'histoire de ton pays, a cote desquels de footbal n'est que le passe-temps favoré de joueurs apatrides et de foules souvent desoeuvrées ou écervelées.
                       L'affrontement extreme avec la mort dans la corrida a cede la place au jeu sans risque.  L' animal puissant redoutable , q'uil faut vaincre, n'est plus q'une balle ronde, q'uil faut loger entre deux poteaux de bois, au lieu d'une épée a planter entre deux cornes vivantes et dangereuses.

                        Méme si l'homme est le plus souvent vainquer dans la corrida, et l'animal sacrifié, le risque extreme est toujours présent et ne manque pas de se réaliser un jour ou l'outre. D'un coté , le gout du combat singulier et perilleux , dont il faut sortir vainqueur pour survivre.  De l'autre, un jeu, dont on sort adulé ou villependé, mais toujours vivant. L' homme a besoin de sensations. Le football, les lui procure aujourd'hui , sans risque, a l' image de notre sociéte qui a horreur du risque, mais veut toujour gagner, sans prendre de risque, si ce n'est a la mesure de son porte- monnaie ( cf. le loto!)

                          La meilleure preuve que les sensations éprouvées au football sont insuffisantes est que les spectateurs prennent souvent prétexte du resultat du math pour s'insulter et se battre entre eux ( phénomene des hooligans). Autant on peut voir dans la toromachie un des derniers avatars des jeux du cirque a Rome, autant le foot n'en est qu'une magistrale caricature. Sans qu' on puisse dire pour autant que la decadence qu'il illustre est moindre que chez les romains.

                           Je ne sais pas qui est el Papa Negro, mais j'imagine que tu t'adresses au grand ordonateur international du foot : le président de la FIFA (Blatter) qui au demeurant est, je crois, suisse. Pas d'argent pas de foot!     pourrait etre sa devise .
                               
                                                 Roger Th. Paris.